Dynamis Plus
Actualités
Confirmation du régime de responsabilité applicable au tiers victime de l’inexécution d’un contrat

Confirmation du régime de responsabilité applicable au tiers victime de l’inexécution d’un contrat

Publié le : 28/04/2020 28 avril avr. 2020
Cass., ass. Plén., 13 janvier 2020, n° 17-19.963

Par un arrêt rendu le 13 janvier 2020, l’Assemblée plénière de la Cour de cassation est venue confirmer sa jurisprudence selon laquelle le tiers à un contrat peut invoquer, sur le fondement de la responsabilité délictuelle, un manquement contractuel, dès lors que ce manquement lui a causé un dommage.


En vertu de l’article 1199 du Code civil (article 1165 ancien du même Code), le contrat ne crée d'obligations qu'entre les parties. 

Le principe de l’effet relatif interdit par principe aux tiers de pouvoir devenir créanciers ou débiteurs en raison d’un contrat auxquels ils ne seraient pas parties. 

Toutefois, le contrat et la situation juridique qu’il crée, sont opposables aux tiers. 

La question qui a pu se poser résidait alors dans la nature du fait générateur imputable au contractant vis-à-vis du tiers.

Par un arrêt rendu le 6 octobre 2006, l’assemblée plénière de la Cour de cassation avait considéré que le tiers à un contrat, pouvait invoquer sur le fondement de la responsabilité délictuelle, un manquement contractuel dès lors que ce manquement lui a causé un dommage. 

Toutefois, et comme l’Assemblée plénière a pu le préciser expressément dans son arrêt rendu le 13 janvier 2020, « certains arrêts ont pu être interprétés comme s'éloignant de la solution de l'arrêt du 6 octobre 2006 (3e Civ., 22 octobre 2008, pourvoi n° 07-15.692, 07-15.583, Bull. 2008, III, n° 160 ; 1re Civ., 15 décembre 2011, pourvoi n° 10-17.691 ; Com., 18 janvier 2017, pourvois n° 14-18.832, 14-16.442 ; 3e Civ., 18 mai 2017, pourvoi n° 16-11.203, Bull. 2017, III, n° 64), créant des incertitudes […] qu'il appartient à la Cour de lever ».

L’Assemblée plénière réaffirme donc l’assimilation des fautes contractuelle et délictuelle : l’inexécution fautive du contrat suffit à fonder l’existence d’une faute délictuelle, sans que le  tiers ne soit tenu par la démonstration d’une faute supplémentaire du contractant, et ceci, y compris lorsque l’obligation contractuelle inexécutée s’analyse en une obligation de résultat, comme c’était le cas en l’espèce.

Si certaines critiques peuvent s’élever au regard de la protection accordée au tiers au contrat, qui n’est, lui, pas exposé aux contraintes de ce dernier (clauses limitatives de responsabilité, clauses de compétence, etc..), sa situation apparaît plus favorable dès lors qu’il importe, selon les propres termes de l’Assemblée plénière, « de ne pas entraver l'indemnisation de ce dommage ».

Il reste tout de même à savoir si cette jurisprudence sera confirmée par le législateur,  le projet de réforme de la responsabilité civile étant toujours en phase de rédaction.


Adrien REYNET, avocat 
François-Dominique WOJAS, avocat
 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
Avocats Dynamis Europe se mobilise face à la crise sanitaire liée à la propagation du virus COVID-19.

Grâce à la dématérialisation mise en place au sein du cabinet, nous serons en mesure d’assurer le service dans l’intérêt de nos clients.

Le cabinet assurera le traitement des dossiers sans discontinuer et nous avons d’ores et déjà pris nos dispositions pour le traitement des dossiers urgents.

Le standard sera ouvert tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 16h.

Nous vous recommandons toutefois de privilégier la communication par courrier électronique. Tous les membres de l’équipe sont connectés et pourront échanger avec vous.

Toute l’équipe vous témoigne sa solidarité, son soutien et vous souhaite bon courage dans cette épreuve inédite.

Le 17 mars 2020

Ok